A comparative evaluation of maturity indices of mango fruits produced in two contrasting agro-ecological zones of Kenya

Abstract: 
Harvesting mango (Mangifera indica) fruits at the right stage for the destination market and use requires reliable maturity indices. There are various indices that are used to determine harvest maturity for mango fruits. However, differences in cultivars and growing environment affect the reliability of these indices. The present study was conducted to establish maturity indices of two popular mango varieties, ‘Apple’ and ‘Ngowe’. The study was conducted in two contrasting agro-ecological zones (AEZs) of Kenya namely Embu County (a high potential AEZ) and Makueni County (a low potential AEZ). For each variety, the earliest physiological maturity was determined using flesh color. The flesh color was established by cutting the fruits longitudinally to expose the cross sectional view. The earliest physiological maturity (stage 1) was marked as the stage when the flesh was mostly cream and turning yellow at the seed. The number of days after full bloom was matched to this maturity stage (stage 1) and subsequent maturity stages determined at 10-day intervals as stages 2, 3 and 4. For each of the maturity stages, physiological (ethylene evolution and respiration rates); physical (size, peel/flesh firmness and peel/flesh color) and biochemical (Total soluble solids - TSS, Total titratable acidity – TTA and TSS:TTA ratio) maturity indices were determined. The results show that in both varieties (‘Apple’ and ‘Ngowe’) from both locations (Embu and Makueni), respiration rates increased gradually with maturity. ‘Ngowe’ and Makueni fruits registered the higher respiration and ethylene evolution rates compared to ‘Apple’ and Embu fruits for the same maturity stage. As maturation progressed, peel firmness decreased gradually irrespective of variety or production location. In all fruits, flesh color (hue angle) decreased gradually with maturity. Total soluble solids increased while TTA decreased gradually with maturity. Overall, in both varieties, Makueni fruits attained comparable maturity indices to Embu fruits at an earlier stage/date. The results revealed the significant effect of production location on the maturity indices of mango fruits. There is need for additional studies to establish reliable maturity indices for other commercial varieties produced under different AEZs.
La récolte de fruits de mangue (Mangiferaindica) au bon moment pour le marché de destination et l’utilisation nécessite des indices fiables de maturité. Il existe différents indices qui sont utilisés pour déterminer la maturité de récolte pour les mangues. Cependant, les différences de cultivars et de l’environnement influent de plus en plus sur la fiabilité de ces indices. La présente étude a été menée pour établir des indices de maturité de deux variétés de mangue populaires, «pomme» et «Ngowe». L’étude a été menée en deux zones agroécologiques contrastées (ZAE) du Kenya à savoir le comté d’Embu (un fort potentiel AEZ) et le comté de Makueni (un faible potentiel AEZ). Pour chaque variété, la première maturité physiologique a été déterminée en utilisant la couleur de la chair. La couleur de la chair a été créée en coupant les fruits longitudinalement à exposer la vue en coupe transversale. La première maturité physiologique (stade 1) a été marquée comme le stade où la chair est principalement crème et tournant jaune à la graine. Le nombre de jours après la pleine floraison a été adapté à ce stade de maturité (stade 1) et les stades de maturités suivantes déterminées à intervalles de 10 jours comme les étapes 2, 3 et 4. Pour chacun des stades de maturité, physiologique (évolution de l’éthylène et le taux de respiration); physiques (taille, peau / fermeté de la chair et la couleur pelure / chair) et biochimique (le total des solides solubles - TSS, le totale d’acidité traitable - TTA et TSS: le rapport de TTA) les indices de maturité ont été traités. Les résultats montrent que dans les deux variétés («pomme» et «Ngowe ‘) à partir de deux endroits (Embu et Makueni), le taux de respiration a augmenté progressivement avec la maturité. Les fruits de «Ngowe ‘et de Makueni avaient enregistré les plus de respiration et le taux de l’évolution de l’éthylène par rapport à la«pomme»et aux fruits d’Embu pour le même stade de maturité. Comme la maturation progresse, la dureté de l’écorce fermeté a diminué progressivement, indépendamment de la variété ou de lieu de production. Dans tous les fruits, la couleur de la chair (angle de teinte) a diminué progressivement avec la maturité. Les solides totaux solubles augmentent tandis que TTA diminue progressivement avec la maturité. Globalement, dans les deux variétés, les fruits de Makueni atteignent des indices de maturité comparables aux fruits Embu lors d’une précédente étape / jour. Les résultats ont révélé l’effet significatif de l’emplacement de production sur les indices de maturité des mangues. La necessité de faires des études supplémentaires pour établir des indices de maturité fiables pour d’autres variétés commerciales produites dans différentes zones agro-écologiques.
Language: 
Date of publication: 
2014
Country: 
Region Focus: 
East Africa
Collection: 
RUFORUM Conferences and Workshops
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Printed resource
Publisher: 
Extent: 
281 - 283