Determinants of adoption of agroforestry systems in the drylands of Kenya

Abstract: 
Drylands typically suffer from unsustainable land uses which have evolved in the recent past. They face innumerable problems such as climate variability including extreme events such as drought, natural resources degradation, declining agricultural productivity and high population which are exacerbating retrogressive development pathways in these regions. Dryland populations are generally typically impoverished on a global scale with over half of the population living below poverty line. In order to sustainably address these challenges in the drylands, sustainable land use and management is an important imperative. Agroforestry as a dynamic, ecologically based natural resources management system, through the integration of trees on farms and in the agricultural landscapes, diversifies and sustains production for increased social, economic and environmental benefits for land users at all levels. This is a critical entry point for dryland productivity and sustainability. Well designed and implemented dryland agroforestry provides leverage points to alleviating poverty, providing food security and livelihoods, maintaining healthy ecosystems, conserving biodiversity and mitigating greenhouse gas effects through carbon sequestration. There was thus need to determine factors that influence adoption behavior of agroforestry at farm level. Understanding of how and why farmers make a long term land use decisions and applying that knowledge to the design, development and marketing of agroforestry innovations is very important in realizing full potential of agroforestry. This study identified gaps by establishing ecological, social and economic factors that influence adoption of dry lands agroforestry systems. From the 240 households interviewed, age, gender, marital status, land size, education, income, cultural beliefs, extension services, conservation, time on practicing agroforestry and knowledge of trees on crops were the main determinants of adoption. A multinomial logistic regression model showed that the socio-economic factors (age, education level, family size cultural believes and income) significantly influence adoption of agro forestry(P < 0.05). However, family size did not significantly influenced adoption (P> 0.05). The level of education had the greatest influence (B=0.532) followed by land size (B=0.336) and age (B=0.333).To realize high rate of adoption and benefit from the multiple benefits of agroforestry in drylands, there is need to pay attention to the identified determinants of adoption to realize full potential of dryland agroforestry. Key words: Agroforestry, carbon sequestration, climate variability, drylands, Kenya
Les zones arides souffrent généralement d’utilisations non durables des terres qui ont évolué dans un passé récent. Ils sont confrontés à d’innombrables problèmes tels que la variabilité climatique, y compris des événements extrêmes tels que la sécheresse, la dégradation des ressources naturelles, la baisse de la productivité agricole et une population élevée qui aggravent les voies de développement rétrogrades dans ces régions. Les populations des zones arides sont généralement appauvries à l’échelle mondiale, plus de la moitié de la population vivant sous le seuil de pauvreté. Afin de relever durablement ces défis dans les zones arides, l’utilisation et la gestion durables des terres sont un impératif important. L’agroforesterie en tant que système de gestion des ressources naturelles dynamique et écologique, grâce à l’intégration des arbres dans les exploitations agricoles et dans les paysages agricoles, diversifie et soutient la production pour des avantages sociaux, économiques et environnementaux accrus pour les utilisateurs des terres à tous les niveaux. Il s’agit d’un point d’entrée essentiel pour la productivité et la durabilité des zones arides. Une agroforesterie des zones arides bien conçue et mise en oeuvre fournit des leviers pour réduire la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance, maintenir des écosystèmes sains, conserver la biodiversité et atténuer les effets des gaz à effet de serre grâce à la séquestration du carbone. Il était donc nécessaire de déterminer les facteurs qui influencent le comportement d’adoption de l’agroforesterie au niveau des exploitations. Comprendre comment et pourquoi les agriculteurs prennent des décisions à long terme sur l’utilisation des terres et appliquer ces connaissances à la conception, au développement et à la commercialisation d’innovations agroforestières est très important pour réaliser le plein potentiel de l’agroforesterie. Cette étude a identifié des lacunes en établissant des facteurs écologiques, sociaux et économiques qui influencent l’adoption des systèmes agroforestiers des terres arides. Parmi les 240 ménages interrogés, l’âge, le sexe, l’état matrimonial, la taille des terres, l’éducation, le revenu, les croyances culturelles, les services de vulgarisation, la conservation, le temps passé à pratiquer l’agroforesterie et la connaissance des arbres sur les cultures étaient les principaux déterminants de l’adoption. Un modèle de régression logistique multinomiale a montré que les facteurs socio-économiques (âge, niveau d’éducation, taille de la famille, croyances culturelles et revenus) influencent de manière significative l’adoption de l’agroforesterie (P <0,05). Cependant, la taille de la famille n’a pas influencé de manière significative l’adoption (P> 0,05). Le niveau d’éducation a eu la plus grande influence (B = 0,532) suivi de la taille des terres (B = 0,336) et de l’âge (B = 0,333). Pour réaliser un taux d’adoption élevé et bénéficier des multiples avantages de l’agroforesterie dans les zones arides, il est nécessaire prêter attention aux déterminants de l’adoption identifiés pour réaliser le plein potentiel de l’agroforesterie des zones arides. Mots clés : Agroforesterie, séquestration du carbone, variabilité climatique, zones arides, Kenya
Language: 
Date of publication: 
2018
Country: 
University/affiliation: 
Volume: 
17
Number: 
2
Pagination: 
484-491.
Collection: 
RUFORUM Working document series
RUFORUM Conferences and Workshops
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
1607-9345
E_ISSN: 
Edition: