Determinants of household food security in a rangeland area of Uganda

Abstract: 
Pastoralists and agro-pastoralists operating in the rangelands of Uganda remain food insecure. This study determined the status of household food security in Nakaseke district, Uganda. A cross-sectional survey was conducted in February 2016 among 180 randomly selected households. Two measures of food security; a Self-Reported Food Security Status Index (RFSI) and a multi-dimensional index generated through the Principal Component Analysis (PCAI) were used. Ordinary Least Squares (OLS) regressions were performed to identify important determinants. Results showed that 46.8% of the households were food insecure. The perceived peak period for food shortage was between July and August. Most households (95.1%) met their food needs through off-farm sources. Age of household head, educational level of household head, off-farm/ non-farm income, cross-breeding and livestock ownership positively influenced household food security (p≤0.05). The sex of household head, household size (AE) and absence of credit negatively influenced household food security (p≤0.05). It is proposed that a suit of actions including income diversification through participation in offfarm activities, increasing access to education, encouraging crop-livestock integration and improving livestock productivity be used to improve household food security in this rangeland area of Uganda.
Les éleveurs et les agro-pastoralistes opérant dans les pâturages de l’Ouganda ont toujours des problèmes sécurité alimentaire. Cette étude a déterminé le statut de la sécurité alimentaire des ménages dans le district de Nakaseke en Ouganda. Une enquête transversale a été réalisée en février 2016 auprès de 180 ménages sélectionnés au hasard. Deux mesures de sécurité alimentaire, un indice de statut de sécurité alimentaire et un indice multidimensionnel généré à travers une analyse en composantes principales (ACP) ont été utilisés. Les régressions par la méthode des moindres carrés (MCO) ont été effectuées pour identifier les déterminants importants. Les résultats ont indiqué que 46,8% des ménages étaient dans une insécurité alimentaire. La période de pointe perçue pour la pénurie alimentaire était entre juillet et août. La plupart des ménages (95,1%) surviennent à leurs propres besoins alimentaires par des sources ne provenant pas des fermes. L’âge du chef de ménage, le niveau de scolarité du chef de ménage, le revenu non agricole, l’élevage croisé et la possession du bétail ont influencé positivement la sécurité alimentaire des ménages (p≤0,05). Le sexe du chef de ménage, la taille du ménage (AE) et l’absence de crédit ont eu une influence négative sur la sécurité alimentaire des ménages (p≤0,05). Il est proposé que la diversification du revenu grâce à la participation à des activités hors ferme, l’accès à l’éducation, la promotion de l’intégration des cultures au bétail et l’amélioration de la productivité du bétail soient utilisés comme mesures d’amélioration de la sécurité alimentaire des ménages dans la région d’étude.
Language: 
Date of publication: 
2017
Country: 
Region Focus: 
East Africa
Volume: 
2
Number: 
2
Pagination: 
213-223
Collection: 
RUFORUM TAGDev Resources
RUFORUM Journal Articles
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
2415-2838
Notes: 

Publication of this article has been made possible through the Transforming African Agricultural Universities to meaningfully contribute to Africa’s growth and development (TAGDev) Project funded by MasterCard Foundation.