Effects of phosphorus deficiency on secondary metabolites and African nightshade distribution in Kisii, Siaya and Kakamega counties, Kenya

Abstract: 
African indigenous vegetables form an integral part of the Kenyan diets, among the most commonly consumed being the African nightshade. These vegetables contain important phenolics that have medicinal values and good health attributes. The abundance of these phenolic substances has strongly been associated with phosphorus use efficiency. In order to investigate the effect of phosphorus deficiency on African nightshade distribution, a purposive research was done on 30 random farmers growing the crop using semi-structured questionnaires in Kisii and Siaya counties of Kenya on February 2014. Solanum scabrum had 79% distribution whereas Solanum villosum had 21%. The two species were planted under greenhouse production in Kenyatta University with varying Phosphorus pot treatments (0, 6, 12 and 18 gms). Plant variables were recorded during their growth period and later the effects resulting from these treatments were established. Analysis on Total Phenolic Content is under way. The results obtained will be used to educate farmers and extension personnel about ways of improving productivity of African nightshade.
Légumes indigènes africains font partie intégrante des régimes alimentaire du Kenya, parmi les plus couramment consommée étant les solanacées africains. Ces légumes contiennent des composés phénoliques importants qui ont des valeurs médicinales et les attributs de bonne santé. L’abondance de ces substances phénoliques a fortement été associée à l’utilisation du phosphore efficacité. Afin d’étudier l’effet de la carence en phosphore sur la distribution de solanacées africains, une recherche calculée a été faite sur 30 agriculteurs aléatoires qui plantent cette culture en utilisant des questionnaires semi-structurés dans les comtés de Kisii et Siaya du Kenya en février 2014. Le Solanum scabrum a obtenu 79% de distribution, tandis que le Solanum villosum a obtenu 21%. Les deux espèces ont été plantés dans la production en serre à l’Université Kenyatta avec différents traitements de pot de phosphore (0, 6, 12 et 18 gms). Des variables de plantes ont été enregistrées au cours de leur période de croissance et plus tard, les effets résultant de ces traitements ont été établis. L’analyse sur le contenu phénolique total est en cours. Les résultats obtenus seront utilisés pour informer les agriculteurs et les agents de vulgarisation sur les moyens d’améliorer la productivité de solanacées africains.
Language: 
Date of publication: 
2014
Country: 
Region Focus: 
East Africa
University/affiliation: 
Collection: 
RUFORUM Conferences and Workshops
Agris Subject Categories: 
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Printed resource
Publisher: 
ISSN: 
E_ISSN: 
Edition: 
Extent: 
521 - 528