Genetic sources of bruchid resistance in soybean: A review

Abstract: 
Soybean (Glycine max) has two traits that make it hugely popular in the world; its high protein content (40%) and oil (20%) making it a vital industrial crop. Considerable systematic research focusing on breeding for grain yield improvement, foliage insect pest resistance and pod shattering leading to the release of a number of varieties has been done world wide. Landmark achievements have also been made on adoption of these improved varieties to the extent that almost all soybean grown in Uganda is improved. However, little research geared towards storage pests has been done not only in Uganda but also worldwide because the crop had no issues of storage pests until recently in Australia and now in Uganda. Unlike field pests and diseases, damage caused by pests on stored products is completely irreversible making it very significant. In most parts of Africa, soybeans are stored together with other legumes. Such storage systems with little or no use of control measures would allow cross infestations by storage pests from other legumes such as cowpeas. The major problem in storage for legumes are bruchids. This problem of bruchids if it is not dealt with in a sustainable manner it might pull down all the progress and achievements in place in the Uganda soybean breeding programme since 1930s. In this review we present research status on bruchids and further highlight knowledge gaps in soybean research as pertaining to breeding for bruchid resistance.
Le soja (Glycine max) présente deux traits qui le rendent extrêmement connu dans le monde; sa haute teneur en protéines (40%) et son huile (20%) faisant d’elle une culture industrielle vitale. Des recherches systématiques considérables ont été effectuées au niveau mondial et sont basées sur l’amélioration du rendement des grains, la résistance des feuilles aux insectes nuisibles et l’égrenage des gousses conduisant à la dissémination d’un certain nombre de variétés. Des réalisations historiques ont également été faites sur l’adoption des variétés améliorées jusqu’à ce que tout le soja cultivé en Ouganda soit amélioré. Toutefois, peu de recherches sur les ravageurs post récolte ont été faites non seulement en Ouganda mais aussi au niveau mondial parce que la culture n’avait pas de problèmes de ravageurs de stockage jusqu’à récemment en Australie et maintenant en Ouganda. Contrairement aux ravageurs et pathologies des champs, les dommages causés par les parasites sur les produits stockés sont complètement irréversibles, ce qui les rend très importants. Dans la plupart des régions d’Afrique, le soja est stocké avec d’autres légumineuses. De tels systèmes de stockage avec peu ou pas de mesures de contrôle favoriseraient des infestations par des parasites de stockage provenant d’autres légumineuses telles que le niébé. Le problème majeur dans le stockage des légumineuses constitue les bruches. S’il n’est pas traité de manière durable, le problème des bruches pourrait réduire à néant tous les progrès et les réalisations du programme de sélection du soja en Ouganda depuis les années 1930. Dans cette revue de littérature, nous présentons l’état des recherches sur les bruches et soulignons les lacunes dans les recherches sur la sélection du soja pour la résistance aux bruches.
Language: 
Date of publication: 
2016
Country: 
Region Focus: 
East Africa
University/affiliation: 
Volume: 
14
Number: 
3
Pagination: 
151-159
Collection: 
RUFORUM Working document series
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
1607-9345
E_ISSN: 
Edition: