Knowledge dissemination on improvement of traditional complementary foods for proper child feeding

Abstract: 
Traditional complementary foods in most sub-Saharan African countries are deficient in protein, essential minerals and vitamins resulting into sub-optimal growth and increased premature deaths among children below five years of age. Poor quality of complementary foods is a long term problem in Tanzania where most children are born with the recommended weight but retard in growth after the introduction of complementary foods. On the other hand, there is a significant association between low maternal literacy and poor nutrition status of young children, aged 3–23 months old. A community-based field attachment program (cFAPA) was carried out to enlighten the Kagera rural mothers and caretakers on improvement of locally made complementary foods using available technologies and resources. The five months program focused on knowledge dissemination through meetings, trainings, outreach and radio programs in Muleba and Kagera rural districts. Demonstrations on preparation methods for the locally available foods to fit child feeding were performed where blanching and germination techniques were introduced. These were based on indigenous technology which is cheap and easy to adopt, effective in nutrients’ retention, increasing bioavailability of nutrients and reducing bulkiness. Villagers were eager to understand the underlying causes for high stunting rates in their region despite food availability. Some challenged the use of longhorn grasshopper (senene) to children worrying that it may cause diarrhea for its high fat content and to pregnant women worrying that it may result in overweight babies, leading to complications at delivery. Community health workers were encouraged to collaborate with members of the community in reporting mothers/caregivers who knowingly ignored proper child feeding principles leading to malnourished children. Dissemination of child feeding research findings proved to have the potential for behavioral change and positive impact in reduction of malnutrition rates. Key words: Grasshopper, Kagera, nutrition, senene, Tanzania
Les aliments complémentaires traditionnels dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne manquent de protéines, de minéraux essentiels et de vitamines, ce qui entraîne une croissance sous-optimale et une augmentation des décès prématurés chez les enfants de moins de cinq ans. La mauvaise qualité des aliments complémentaires est un problème à long terme en Tanzanie où la plupart des enfants naissent avec le poids recommandé mais retardent leur croissance après l’introduction d’aliments complémentaires. D’un autre côté, il existe une association significative entre le faible niveau d’alphabétisation de la mère et le mauvais état nutritionnel des jeunes enfants âgés de 3 à 23 mois. Un programme communautaire d’attachement sur le terrain (cFAPA) a été mis en oeuvre pour éclairer les mères et les aide-soignants de Kagera sur l’amélioration des aliments complémentaires fabriqués localement sur base des technologies et ressources disponibles. Le programme de cinq mois était axé sur la diffusion des connaissances à travers des réunions, des formations, des programmes de sensibilisation et de radio dans les districts ruraux de Muleba et de Kagera. Des démonstrations sur les méthodes de préparation des aliments localement disponibles pour s’adapter à l’alimentation des enfants ont été effectuées, où des techniques de germination ont été introduites. Celles-ci reposaient sur une technologie indigène peu coûteuse et facile à adopter, efficace pour la rétention des nutriments, augmentant la biodisponibilité des nutriments et réduisant leur volume. Les populations locales étaient impatientes de comprendre les causes sous-jacentes des taux élevés de retard de croissance dans leur région malgré la disponibilité de la nourriture. Certains ont contesté l’utilisation de la sauterelle à longues cornes (« sénéné ») aux enfants craignant qu’elle puisse causer de la diarrhée en raison de sa teneur élevée en graisses et aux femmes enceintes craignant que cela puisse entraîner des bébés en surpoids, entraînant des complications à l’accouchement. Les agents de santé communautaires ont été encouragés à collaborer avec les membres de la communauté pour dénoncer les mères / tuteurs qui ignoraient sciemment les principes appropriés d’alimentation des enfants conduisant à des enfants souffrant de malnutrition. La diffusion des résultats de la recherche sur l’alimentation des enfants s’est avérée avoir un potentiel de changement de comportement et un impact positif sur la réduction des taux de malnutrition. Mots clés: sauterelle, Kagera, nutrition, sénéné, Tanzanie
Language: 
Date of publication: 
2018
Country: 
Region Focus: 
East Africa
Volume: 
17
Number: 
2
Pagination: 
331-334.
Collection: 
RUFORUM Working document series
RUFORUM Conferences and Workshops
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
E_ISSN: 
Edition: