Rabbit production practices among smallholder famers in Kenya

Abstract: 
Rabbit production is gaining popularity in Kenya owing to its significant contribution to nutrition and income among smallholder households. Rabbit farming is a viable option because of their prolificacy, fast growth rate and maturity, high genetic potential and feed conversion efficiency and economical utilization of space. However, there is limited information on farmers’ practices among rabbit producers. Therefore this study documented rabbit production practices and their importance on food protein source and income generation among smallholder farmers of Elgeyo Marakwet and Kakamega counties, Kenya. Purposive sampling was done among farmers keeping rabbits and data were collected through a field survey, questionnaires and personal observations. Results showed that 3.2% of livestock keepers rear rabbits. Chinchilla (38.5 %) was the most common rabbit type kept. A majority of farmers (76.9%) obtain parent stock from fellow farmers. On average, smallholder farmers have kept rabbits for three to five years. Over 90% depend on seasonal green wild forage feed. The respondents valued rabbits as a source of food and income generating enterprise (46.2 % and 53.8 % respectively). Rabbit drops are perceived by farmers to improve soil fertility (92.3 %). Market access and skills on rabbit production were the outstanding challenges faced by farmers. It is recommended that technologies be developed on suitable rations to enhance rabbit production and improve nutrition and household income generation.
La production de lapins devient de plus en plus populaire au Kenya en raison de sa contribution significative à la nutrition et le revenu des ménages de petits exploitants. L’élevage de lapins est une option viable en raison de leur prolificité, le rythme rapide de la croissance et la maturité, le potentiel génétique élevé, l’efficacité de la conversion alimentaire, et l’utilisation économique de l’espace. Cependant, il y a peu d’informations sur les pratiques d’élevage parmi les producteurs de lapins. Par conséquent cette étude a documente des pratiques de production de lapins et leur importance en tant que source de protéines alimentaires et de revenus parmi les petits agriculteurs d’Elgeyo Marakwet et comtés de Kakamega, Kenya. L’échantillonnage raisonné a été fait chez les éleveurs des lapins et les données ont été recueillies en utilisant une enquête sur terrain, des questionnaires, et des observations personnelles. Les résultats ont montré que 3,2% des fermiers élèvent des lapins. Chinchilla (38,5%) était la race de lapin la plus communément élevée. La majorité des agriculteurs (76,9%) obtiennent les géniteurs à partir d’autres éleveurs. En moyenne, les petits agriculteurs ont élevé des lapins pendant trois à cinq ans. Plus de 90% dépendent des herbes sauvages saisonnières comme fourrage. Les répondants ont évalué les lapins comme une source de nourriture et une entreprise génératrice de revenus (46,2% et 53,8% respectivement). Les crottes de lapins sont perçues par les agriculteurs comme étant capable d’améliorer la fertilité des sols (92,3%). L’accès au marché et les compétences dans la production de lapins ont été les défis majeurs auxquels sont confrontés les éleveurs. Il est recommandé que les technologies soient développées sur les rations appropriées pour améliorer la production de lapins et améliorer la nutrition et la génération de revenus des ménages
Language: 
Date of publication: 
2016
Country: 
Region Focus: 
East Africa
University/affiliation: 
Volume: 
14
Number: 
Part 1
Pagination: 
803-809
Collection: 
RUFORUM Working document series
RUFORUM Conferences and Workshops
Agris Subject Categories: 
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
E_ISSN: 
Edition: