Seed-borne fungi of chilli pepper in the Coastal savannah zone of the central region of Ghana

Abstract: 
Many chilli pepper (Capsicum frutescens) growers in the region have moved from chilli cultivation to other crops due to the continuous decline in yields as a result of disease problems, of which fruit rot is paramount. The study was carried out to identify the mycoflora associated with pepper cultivation in the Coastal Savannah Zone of Ghana. The purposive sampling technique was used to select farms from which samples were collected during the major rains (August – September 2012). Fruits at different stages of maturity were collected and the seeds were extracted and plated for seed health testing using the blotter paper method. The experimental design used was the completely randomized design. Data collected were analyzed using Genstat discovery edition 3. In all, a total of 35 species of fungi belonging to 17 genera were isolated from the samples. Chi-square test results of mean percent seed mycoflora infection gave the following test statistic values (c2 = 7012.17, df = 29, and sig. = 0.00) and (c2 = 10067.26, df = 33, and sig. = 0.00) for within pretreated and untreated seed samples, respectively. Unriped fruits recorded the highest mean percent infection by each fungi. The three most prevalent fungi were Fusarium species, Alternaria species and Acremonium strictum. These rot-causing fungi may be a contributing factor to the declining yields being recorded by the farmers and hence partly explains their shifting to other crops.
Beaucoup de producteurs de piments -poivrons (Capsicum frutescens) de la région sont passés de la culture du piment à d’autres cultures en raison de la baisse continue des rendements à cause de problèmes de maladies, dont la pourriture des fruits est manifeste. L’étude a été effectuée afin d’identifier la mycoflore associée à la culture du poivron dans zone de la savane côtière du Ghana. La technique de l’échantillonnage raisonné a été utilisé pour sélectionner les exploitations à partir de laquelle les échantillons ont été recueillis lors des grandes pluies (août-septembre 2012). Les fruits à différents stades de maturité ont été recueillies et les graines ont été extraites et déposées pour les tests de santé des semences en utilisant la méthode du papier buvard. Le dispositif expérimental utilisé était complètement aléatoire. Les données recueillies ont été analysées à l’aide de l’édition 3 de la découverte Genstat . En tout, un total de 35 espèces de champignons appartenant aux 17 types ont été isolés à partir des échantillons. Les résultats des tests de chi-carré de moyenne pour cent d’infection de semence myco-flore ont donné les valeurs suivantes de test statistiques (c 2 = 7012,17, df = 29, et sig.= 0,00) et (c 2 = 10067,26, df = 33, et sig.= 0,00) pour l’intérieur des échantillons de semences prétraitées et non traitées, respectivement. Les fruits non murs enregistraient la plus forte infection pour cent en moyenne par chaque champignon. Les trois champignons les plus fréquents étaient des espèces de Fusarium, Alternaria et Acremoniumstrictum. Ces champignons responsables de la pourriture peuvent être un facteur contribuant à la baisse des rendements étant enregistrées par les agriculteurs et par conséquent explique en partie leur déplacement vers d’autres cultures.
Language: 
Date of publication: 
2014
Country: 
Region Focus: 
West Africa
University/affiliation: 
Collection: 
RUFORUM Conferences and Workshops
Agris Subject Categories: 
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Printed resource
Publisher: 
ISSN: 
E_ISSN: 
Edition: 
Extent: 
229 - 234