Soybean (Glycine max) and maize (Zea mays) production as influenced by rhizobia inoculation and cropping systems in western Kenya

Abstract: 
The use of promiscuous varieties and commercial inoculants has been shown to increase soybean production and improve soil fertility. However, most cropping systems are characterized by indigenous bradyrhizobia whose populations are often low or ineffective and can be increased in the presence of the host legume for several seasons. The contribution of a commercial inoculant in soils with low levels of indigenous rhizobia to soybean and maize production in different cropping systems was evaluated in field experiments in three sites in Siaya County in Kenya using a completely randomized block design. Maize and soybean were planted as sole crops or in rotations for four seasons (short rain (SR) 2014, long rain (LR) 2015, SR 2015 and LR 2016). Soybean grain yields increased significantly under rotation when maize and soybean were planted in the LR and SR, respectively. A strong, significant and positive correlation between soybean grain yield and nodule weight was recorded. The inoculated and non-inoculated soybean-maize system recorded a rotational yield gain of 15.7% and 7.3% in LR 2015, 24.9% and 24% in LR 2016, respectively. These findings give a scientific validation of the yield responses and seasonal implications of the choice of crop that the farmer makes in a rotation. Further research on economic profitability and isolation of the native strains and bacterial diversity in the study soils is needed so as to validate the results on nodulation and yields. Key words: Inoculation, Kenya, native rhizobia, rotational yield gain, Siaya County
Il a été démontré que l’utilisation de variétés peu fréquentées et d’inoculants commerciaux augmente la production de soja et améliore la fertilité des sols. Cependant, la plupart des systèmes de culture sont caractérisés par des bradyrhizobies indigènes dont les populations sont souvent faibles ou inefficaces et peuvent être augmentées en présence de la légumineuse hôte pendant plusieurs saisons. La contribution d’un inoculant commercial dans les sols à faibles niveaux de rhizobium indigène à la production de soja et de maïs dans différents systèmes de culture a été évaluée dans des expériences sur le terrain dans trois sites du comté de Siaya au Kenya en utilisant une conception en blocs complètement aléatoire. Le maïs et le soja ont été plantés comme cultures uniques ou en rotation pendant quatre saisons (pluie courte (SR) 2014, pluie longue (LR) 2015, SR 2015 et LR 2016). Les rendements en grains de soja ont augmenté de manière significative pendant la rotation lorsque le maïs et le soja ont été plantés respectivement dans la LR et la SR. Une corrélation forte, significative et positive entre le rendement en grains de soja et le poids des nodules a été enregistrée. Le système soja-maïs inoculé et non inoculé a enregistré un gain de rendement en rotation de 15,7% et 7,3% dans LR 2015, 24,9% et 24% dans LR 2016, respectivement. Ces résultats donnent une validation scientifique des réponses de rendement et des implications saisonnières du choix de la culture que l’agriculteur fait dans une rotation. Des recherches supplémentaires sur la rentabilité économique et l’isolement des souches indigènes et de la diversité bactérienne dans les sols étudiés sont nécessaires afin de valider les résultats sur la nodulation et les rendements. Mots clés : Inoculation, Kenya, rhizobium indigène, gain de rendement en rotation, comté de Siaya
Language: 
Date of publication: 
2018
Country: 
Region Focus: 
East Africa
Volume: 
17
Number: 
2
Pagination: 
492-499.
Collection: 
RUFORUM Working document series
RUFORUM Conferences and Workshops
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
1607-9345
E_ISSN: 
Edition: