Transmission pattern of Maize chlorotic mottle virus (Machlomovirus) on maize by Frankliniella williamsi and F. occidentalis (Thripidae) in Kenya

Abstract: 
Maize chlorotic mottle virus (MCMV) infects maize (Zea mays L) which is a major staple food crop in sub-Saharan Africa, causing yield losses of between 10-15%. When the virus co-infects with maize infecting potyviruses, they cause Maize lethal necrosis (MLN) disease which reduces yields by 30-100%. Persistence and efficiency transmission of MCMV by Frankliniella williamsi (Hood) and F. occidentalis (Pergande) was investigated. Transmission efficiency was evaluated at 1, 3, 24 and 48 hour inoculation access periods (IAPs). Virus post acquisition retention period was tested after 1, 2, 3, and 4 days on maize seedlings. Persistence transmission and rates of new re-infections (4, daily cycle) was determined. Plants were covered by nylon-mesh cages inside a greenhouse for symptom observation. Severity was measured and MCMV detected in leaf samples by ELISA and PCR. Means of infected plants at IAPs were log transformed (base 10) and a t-test done. Means of re-infected plants at retention periods were subjected to ANOVA. MCMV transmission rate of F. occidentalis rose while that of F. williamsi declined after 24 hour IAP. Means of infected plants by both thrips were significantly different (t = 2.77, D.F. = 362.97, P = 0.006). F. occidentalis infected plants had higher symptom severity than those by F. williamsi (0.2702, 0.1997), with 1.176 mean difference (was higher by 17.6 %). Plants re-infected by both thrips were significantly different (F = 10.27, D.F. = 2, 17, P = 0.001). F. occidentalis re-infected more plants than F. williamsi (0.32 ± 0.04, 0.27 ± 0.04) at 0.125 LSD. Inoculated plants by F. williamsi after day 1 post acquisition period were significantly different from those by F. occidentalis (F = 5.66, D.F. = 2, 17, P = 0.013). Both thrips transmitted MCMV in a non-persistent pattern and thus should be targeted in IPM strategies for MCMV control. Key words: Persistence, retention period, thrips
Le virus de la marbrure chlorotique du maïs (MCMV) infecte le maïs (Zea mays L), qui est une culture vivrière de base majeure en Afrique sub-saharienne, causant des pertes de rendement de 10 à 15%. Lorsque le virus co-infecte avec le maïs infectant les potyvirus, ils provoquent la nécrose létale du maïs (MLN) qui réduit les rendements de 30 à 100%. La persistance et l’efficacité de la transmission du MCMV par Frankliniella williamsi (Hood) et F. occidentalis (Pergande) ont été étudiées. L’efficacité de transmission a été évaluée à des périodes d’accès à l’inoculation (IAP) de 1, 3, 24 et 48 heures. La période de rétention du virus après l’acquisition a été testée après 1, 2, 3 et 4 jours sur des plants de maïs. La transmission de persistance et les taux de nouvelles réinfections (4, cycle quotidien) ont été déterminés. Les plantes étaient couvertes par des cages en filet de nylon à l’intérieur d’une serre pour l’observation des symptômes. La sévérité a été mesurée et le MCMV détecté dans des échantillons de feuilles par ELISA et PCR. Les moyens des plantes infectées aux IAP ont été transformés en log (base 10) et un test t a été effectué. Les moyens des plantes réinfectées pendant les périodes de rétention ont été soumis à une analyse de variance. Le taux de transmission MCMV de F. occidentalis a augmenté tandis que celui de F. williamsi a diminué après 24 heures de PIA. Les moyennes des plantes infectées par les deux thrips étaient significativement différentes (t = 2,77, D.F. = 362,97, P = 0,006). Les plantes infectées par F. occidentalis avaient une sévérité des symptômes plus élevée que celles de F. williamsi (0,2702, 0,1997), avec une différence moyenne de 1,176 (était plus élevée de 17,6%). Les plantes réinfectées par les deux thrips étaient significativement différentes (F = 10,27, D.F. = 2, 17, P = 0,001). F. occidentalis a réinfecté plus de plantes que F. williamsi (0,32 ± 0,04, 0,27 ± 0,04) à 0,125 LSD. Les plantes inoculées par F. williamsi après le jour 1 après la période d’acquisition étaient significativement différentes de celles par F. occidentalis (F = 5,66, D.F. = 2, 17, P = 0,013). Les deux thrips ont transmis le MCMV selon un schéma non persistant et devraient donc être ciblés dans les stratégies IPM pour le contrôle du MCMV. Mots clés : persistance, période de rétention, thrips
Language: 
Date of publication: 
2018
Country: 
Region Focus: 
East Africa
Volume: 
17
Number: 
2
Pagination: 
360-365.
Collection: 
RUFORUM Working document series
RUFORUM Conferences and Workshops
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
1607-9345
E_ISSN: 
Edition: