Awareness and control methods of gastrointestinal parasites of merino sheep among farmers of Maseru district, Lesotho

Abstract: 
This study evaluated the prevalence and control methods for gastrointestinal parasites (GIPs) in sheep in the two agro-ecological zones of the district of Maseru, Lesotho. Data were collected among 174 randomly selected farmers of Matsieng (lowlands) and Nyakosoba (foothills). The majority (80%) of farmers interviewed in both agro-ecological zones were aware of the GIPs problems with tapeworms being the most familiar and said to be occurring during warm seasons (summer and autumn) whereas liver flukes (trematodes) were said to predominate in dry seasons (winter and spring). In total 89% of farmers reported higher prevalence of GIPs in their herds and associated them with lamb mortality in summer and autumn. All farmers indicated that they use anthelmintics for treating GIPs in animals and 93% of them reported that these drugs were effective although some animals never recovered even when treated, thus suggesting existence of some drug resistance. Among those interviewed, 45% indicated that their sheep are kept in non-roofed enclosures which were cleaned only after rains to avoid the mud. Communal grazing is used as a main source of animal feeding of which different livestock species share the same rangelands. About 83% of farmers believed that grazing lands were the main source of GIPs for their sheep. The results of the present study reveal that farmers are aware of GIPs but have little knowledge on proper management skills.
Cette étude a évalué la prévalence et les méthodes de contrôle pour les parasites gastrointestinales (GIPs) chez les ovins dans les deux zones agro-écologiques du district de Maseru, au Lesotho. Les données ont été recueillies auprès de 174 fermiers choisis au hasard à Matsieng (plaines) et à Nyakosoba (pied des montagnes). La majorité (80%) des fermiers interrogés dans les deux zones agro-écologiques étaient au courant des problèmes de GIPs avec les ténias étant les plus familiers et dit se produire pendant les saisons chaudes (été et automne), alors que la maladie de foie (trématodes) était prédominante en saison sèche (hiver et printemps). Au total 89% des fermiers ont rapporté une prévalence plus élevée de GIPs dans leurs troupeaux et leur associée à la mortalité des agneaux en été et en automne. Tous les fermiers ont indiqué qu’ils utilisent les vermifuges pour le traitement de GIPs chez les animaux et 93% d’entre eux ont indiqué que ces médicaments étaient efficaces, bien que certains animaux ne se remettaient jamais, même lorsqu’ils sont traités, ce qui suggère l’existence d’une certaine résistance aux médicaments. Parmi les personnes interrogées, 45% ont indiqué que leurs moutons sont gardés dans des enclos non couvert qui étaient nettoyées seulement après les pluies pour éviter la boue. Des pâturages collectifs sont utilisés comme une source principale d’alimentation des animaux, dont différentes espèces partagent les mêmes parcours. Environ 83% des fermiers ont estimé que les pâturages étaient la principale source de GIPs pour leurs moutons. Les résultats de la présente étude révèlent que les fermiers sont conscients de GIPs, mais ont peu de connaissances sur les compétences appropriées de gestion.
Language: 
Date of publication: 
2016
Country: 
Region Focus: 
Southern Africa
University/affiliation: 
Volume: 
14
Number: 
Part 1
Pagination: 
845-850
Collection: 
RUFORUM Working document series
RUFORUM Conferences and Workshops
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
1607-9345
E_ISSN: 
Edition: