Characterization and evaluation of rice genotypes under rainfed ecosystems in Malawi and Mozambique

Abstract: 
Rice (Oryza sativa L.) is an important crop for human consumption world wide, including in under-developed countries in Africa, Asia and Latin America where it is cultivated in small holdings. In Mozambique and Malawi rice is produced by small scale farmers in many parts of the country and by large scale farmers in a few places where there is irrigation schemes. Despite its importance, there is limited information on trait characteristics and performance under different agro-ecological conditions including their potential when grown under rainfed ecosystems. The main objective of this research was to characterize and evaluate 20 rice genotypes under rainfed ecosystems in Mozambique and Malawi. The trials were carried out in a Randomized Complete Block Design (RCBD) during 2010-2011 with three replications and 20 treatments. Data on days to flowering, number of tillers, panicle length, number of grains per panicle, 1000-grain weight, grain size, milling yield percentage, leaf length, aroma, stickiness and grain yield were assessed and analysed. Additive Main effect and Multiplicative Interaction (AMMI) analysis indicated that the yield performances of genotypes were influenced by environmental effects (69.21%), 13.4% genotypic effects and 17.39% from genotypic-environmental interaction (GEI). Mozambique rainfed ecosystem produced the highest mean yield (2.48 t/ha) while the lowest mean yield performance was from Malawi rainfed ecosystem (1.38 t/ha). Nine traits, namely number of tillers, 1000- grain weight, panicle length, number of grains per panicle, grain length, grain shape, leaf length, days to 50% flowering and days to maturity were positively correlated with grain yield in two environments. Significant differences (P<0.001) were found in grain length, although 19 of the 20 genotypes could be considered to possess extra-long grain (>7.5 mm) showing that the farmers in both countries prefer long to extra-long grains. These results can be used by breeders in their crop improvement programs in order to incorporate the desirable traits and also to correct the undesirable traits in terms of farmers preferences.
Le riz (Oryza sativa) est une importante culture pour la consommation humaine sur le plan mondial y inclus les pays sous-développés en Afrique, Asie et Amérique latine où il est cultivé à de petites échelles. En Mozambique comme au Malawi, le riz est produit par les petits exploitants agricoles dans plusieurs régions et par de grands exploitants dans seulement quelques endroits où les systèmes d’irrigation ont été mis en place. Malgré son importance, il y a très peu d’information sur les traits caractéristiques et les performances sous différentes conditions agro-écologiques, y compris le potentiel lorsque cultivés dans des écosystèmes pluviaux. L’objectif principal de cette recherche était de caractériser et d’évaluer 20 génotypes de riz dans les écosystèmes pluviaux en Mozambique et au Malawi. Les essais ont été menés suivant un dispositif de bloc aléatoire complet de 2010 à 2011 avec trois répétitions et 20 traitements. Les données sur le nombre jours avant floraison, nombre de talles, longueur de la panicule, nombre de grains par panicule, poids de 100 grains, taille du grain, pourcentage du rendement à l’usinage, longueur de feuille, arôme, viscosité et le rendement en grain, ont été collectés et analysées. L’analyse de l’effet principal additif et multiplicateur de l’interaction a révélé que les rendements des génotypes ont été influencés par les effets environnementaux (69.21%), génotypiques (13.4%) et de l’interaction génotype-environnement (17.39%). Les écosystèmes pluviaux en Mozambique ont donné le rendement le plus élevé (2.48 t/ha) tandis que le plus faible rendement était obtenu au Malawi (1.38 t/ha). Neuf caractères a savoir le nombre jours avant 50% de floraison, nombre de talles, longueur de la panicule, nombre de grains par panicule, poids de 1000 grains, taille du grain, forme du grain, longueur de feuille et nombre de jours avant 50% de maturité ont eu une corrélation positive avec le rendement en grains dans les deux environnements. De différences significatives (p<0.001) ont été observées pour la longueur de grain quand bien même, 19 génotypes sur les 20 pouvaient être considérés comme ayant des grains extra-longs (>7,5 mm) indiquant que les agriculteurs de ces deux pays préfèrent des grains longs et extra-longs. Ces résultats peuvent être exploités par les sélectionneurs dans leurs programmes d’amélioration des cultures afin d’incorporer des traits désirables et aussi pour corriger ceux indésirables en termes de préférences des agriculteurs.
Language: 
Date of publication: 
2016
Country: 
Region Focus: 
Southern Africa
Volume: 
14
Number: 
3
Pagination: 
87 - 93
Collection: 
RUFORUM Working document series
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Web resource
Publisher: 
ISSN: 
1607-9345
E_ISSN: 
Edition: