Identifying conditions for phytase enzyme adaption in African catfish feeds

Abstract: 
This research was conducted to establish and streamline conditions and optimum amount of phytase enzyme required for its adoption for improved digestibility of plant based catfish feeds. This started with analysis of pH along African catfish (Claria gariepinus) gastrointestinal tract (GIT), feed pH, phytic acid content and proximate nutrient composition. Results indicated that phytase enzyme from the fungus Aspergillus niger could be appropriate for adoption. A feeding experiment was conducted for one month and consisted factorial combination of four phytase enzyme activity levels (0, 750, 1000 and 1250 phytase units (FTUs) in feeds at four crude protein percentages (30%, 35%, 40% and 45%) fed to 10g catfish fingerlings reared in 5L indoor glass tanks .Faecal samples were collected from each tank by siphoning one hour after every feeding, frozen and later pooled .They were finally dried and apparent digestibility coefficients (% ADC) calculated by the indirect method for protein, dry matter and energy after proximate composition analysis. Data was analysed by multiple- regression to find the right model of factors influencing digestibility followed by ANOVA to identify differences among treatments and family wise differences determined by contrasts using R console statistical software version 3.0.2. The highest digestibility was observed at the activity unit of 1000 in all protein levels followed by 750FTUs, 1250FTUs and 0 FTUs (control). It was concluded that 1000FTUs is a suitable activity unit for increased digestibility of plant based fish feeds Uganda’s African catfish.
Cette recherche a été menée pour établir et rationaliser les conditions et le montant optimal de l’enzyme phytase requise pour son adoption pour améliorer la digestibilité des aliments à base de plantes de poisson-chat. Ceci a commencé avec l’analyse de pH le long du tractus gastro-intestinal (GIT) de poisson-chat africain (Clariagariepinus), l’alimentation du pH, la teneur en acide phytique et de la composition en contenus et en nutriments aproximitifs. Les résultats indiquent que l’enzyme phytase du champignon Aspergillusniger devrait être approprieé pour l’adoption. Une expérience d’alimentation a été effectuée pendant un mois et consistait en une combinaison factorielle de quatre niveaux d’activité enzymatique de la phytase (0, 750, 1 000 et 1 250 unités de phytase (UFTs) dans les aliments à quatre pourcentages bruts de protéines (30%, 35%, 40% et 45% ) nourris à des alevins de poisson chat de 10g élevés dans 5L réservoirs de verre à l’intérieur. Les échantillons fécaux ont été prélevés dans chaque réservoir en siphonnant une heure après chaque repas congelés et plus tard mis en commun. Ils ont finalement été séchés et les coefficients de digestibilité apparente (% ADC) calculés par la méthode indirecte de protéines, de matière sèche et de l’énergie après l’analyse de la composition immédiate. Les données ont été analysées par régression multiple pour trouver le bon modèle de facteurs qui influent sur la digestibilité suivie par ANOVA, pour identifier les différences entre les traitements et les différences des astuces familiales visées par les contrastes en utilisant la console de R version du logiciel statistique 3.0 0,2. La digestibilité maximale a été observée à l’unité d’activité de 1000 dans tous les niveaux de la protéine suivie par 750FTUs, 1250FTUs et 0 UFP (contrôle). On a conclu que 1000FTUs est une unité d’activité approprié pour l’accroissance de la digestibilité de la nourriture à base de plantes pour le poisson à base de plantes pour le poisson-chat africain de l’Ouganda.
Language: 
Date of publication: 
2014
Country: 
Region Focus: 
East Africa
University/affiliation: 
Collection: 
RUFORUM Conferences and Workshops
Licence conditions: 
Open Access
Access restriction: 
Form: 
Printed resource
Publisher: 
ISSN: 
E_ISSN: 
Edition: 
Extent: 
403 - 406